Claude Lévêque

Human Fly

Exposition    Rendez-Vous    Production    Biographie

Exposition

Rien n’est jamais littéral chez Claude Lévêque. S’il tisse les allusions – citationnelles ou autobiographiques –, c’est pour mieux dégager la portée universelle d’une histoire qu’il enrichit au fil des espaces qu’il investit. L’enfance échappée, la mémoire traumatique, la colère, le désir et le spleen méditatif qu’inspire le paysage, tout cela s’entrelace souvent dans des installations théâtrales qui combinent – comme traditionnellement chez l’artiste – objets, son et lumière.

Entre esthétique du choc sensoriel et quête d’éblouissement contemplatif, Claude Lévêque prolonge volontiers ses dispositifs visuels par de puissantes créations sonores. Maints textes ont souligné ses accointances avec les utopies, contestations et marginalités des milieux musicaux 80’s, mais sa culture est bien plus vaste : depuis ses débuts, le spectre musical de l’artiste absorbe tout ou presque, de Mahler à Slayer.
Par ailleurs, Claude Lévêque travaille des atmosphères sonores en collaboration, entre autres, avec le musicien Gérôme Nox. Le son devient alors, comme la lumière, un outil de métamorphose de l’espace, qui intensifie les expériences visuelles, dans la douceur (le délicat ruissellement cristallin qui accompagne Mort en été, installation onirique créée pour l’Abbaye de Fontevraud en 2012) ou dans la douleur (les ondes infra-basses de Sentier lumineux, déflagration conçue pour le lieu unique en 2000).

Féru d’images spéculaires, Claude Lévêque aime truffer ses installations de fragments réfléchissants. Le concept de miroir médium, rendu populaire par des artistes comme Michelangelo Pistoletto ou Daniel Buren, bouscule le statut de ce matériau dès les années 1960 : il devient à la fois image et sujet, support et surface.
Amplificateur d’espace, le miroir agit comme puissant capteur de lumière, donc de regard : ce matériau emblématise l’intérêt de Claude Lévêque pour le domaine du spectacle, l’incidence immédiate de l’univers de la fête foraine ou du cirque, ces univers éphémères qui produisent des sensations fortes avec des moyens souvent bricolés, assez rudimentaires. Mirages modestes qui font scintiller le paysage, ces dispositifs simples fuient la sophistication, qui convient mal au langage de l’artiste, dont l’œuvre est plutôt parcourue de reflets bruts, « dominée par le métal présent sous toutes les formes – cages, barreaux, lames, pots d’échappement, jantes, conserves, tôles, rails, etc. »1, comme une mise en abîme de la complexité infinie du réel. 

À Saint-Nazaire, l’exposition toute entière travaille l’écriture de la lumière, et tranche avec les récents projets de l’artiste : une intervention in situ plus expérimentale, plus radicale, et un clin d’œil au Cramps et à leur titre Human Fly, petit bijou de rock psychobilly porté par la voix syncopée et les éructations sensuelles de Lux Interior. Le premier couplet du morceau fait allusion à la vision diffractée des mouches2. C’est précisément cet œil, sa vision démultipliée à facettes panoramiques, rendue possible grâce à une multitude de capteurs de lumière, qui a intéressé l’artiste pour évoquer l’élargissement de la perception, directement en lien avec l'impact sensoriel paroxystique de son dispositif.

Dans le vaste espace traversant du LiFE, bien protégé sous les chambres d’éclatements des bombes, huit mètres de béton armé pèsent au-dessus des têtes. Là, disposés au sol, Claude Lévêque répartit sept amas stellaires, spectaculaires bouquets de tiges d’inox poli miroir, liées par des colliers de métal. Ces barres se sont stabilisées selon leur poids, pour s’auto-bloquer à leur point d’équilibre propre : à la fois similaires et tous différents, ces assemblages croisés forment des nœuds d’éclairs qui dansent sous les saccades stroboscopiques, et vacillent sous le faisceau dédoublé des projecteurs. 

Pour amplifier ce trouble visuel, dégagé de l'onirisme à l'œuvre dans d'autres projets, Claude Lévêque spatialise les harmoniques intenses d’entrechocs métalliques. Cette boucle sonore tient du roller coaster bruitiste, entre le tressautement allègre et le roulement menaçant, une circulation trépidante et résonnante qui envahit tout, l’espace comme les corps des visiteurs. De cette combinaison de forces en tension, il résulte une exposition qui agit comme un piège, notion souvent développée par l’artiste. Entre voyage initiatique et embuscade, vertige cosmique et exacerbation de tous les sens, la promenade est belle, toute en secousses. À faire sur le qui-vive.

Eva Prouteau

Notes
1 - Florence Ostende, Le Dernier rempart de la Loire, Monographie, kamel mennour éditions, Paris, 2018 p.9.
2 - Une vision dont est dotée la créature de super-vilain créée par Marvel Comics, le Human Fly éponyme, qui est au cœur des paroles de la chanson.

Partenaires médias : Télérama, Paris-art, Haut-Parleur

Cette exposition participe à l’évènement Plein Soleil 2019, l’été des centres d’art, un projet de d.c.a, l’Association française de développement des centres d’art contemporain.

Exposition au LiFE - base des sous-marins, alvéole 14. Bd de la Légion d'honneur, Saint-Nazaire
Du 26 mai au 29 septembre 2019
Ouvert tous les jours sauf lundis de 14h à 19h
Du 6 juillet au 1er septembre : ouvert tous les jours sauf lundis de 11h à 19h


Rendez-vous

Carte blanche Cinéma à Claude Lévêque 
Au cinéma art et essai Jacques Tati de Saint-Nazaire, projection de deux films de l'artiste et d'un film choisi par Claude Lévêque dans le cadre de son exposition au LiFE :
Le Marronnier de la garde de Claude Lévêque (2007, 11 mn 17 sec.)
Le Lac perdu de Claude Lévêque (2017, la 3ème scène de l'Opéra de Paris, 7 mn 35 sec.)
Madame de… de Max Ophüls (1953, 1h40)
En présence de l'artiste (sous réserves)
Jeudi 4 juillet à 20h30, salle Jacques Tati (2 bis avenue Albert de Mun, 44600 Saint-Nazaire)

Rencontre 
En compagnie de Claude Lévêque et de Sophie Legrandjacques, commissaire de l'exposition. 
Dimanche 8 septembre à 15h30 aux Abeilles (3 rue de l'écluse, 44600 Saint-Nazaire)

Le Radôme
Sur le toit de la base des sous-marins, le Radôme est un espace de documentation et d'expérimentation ouvert à tous, conçu comme une extension de l'exposition.
Ouvert tous les samedis et les dimanches du 6 juillet au 25 août, et les 21 et 22 septembre de 15h à 19h.
Entrée libre.  

Les Ateliers du Radôme
Ateliers art plastiques autour de l’exposition, à destination des familles.
Visite de l’exposition en famille à 15:30, suivie d’un atelier de manipulations plastiques.
Les samedis et dimanches du 6 juillet au 25 août et les 21 et 22 septembre de 15:30 à 17:00.
Gratuit, sur réservation dans la limite des places disponibles.   
Contact : Antoine Pestel, chargé des publics au LiFE : tél. 02 51 76 67 01, pestela@mairie-saintnazaire.fr    

VISITES COMMENTEES
Les mercredis à 11h00 du 10 juillet et 28 août
Les jeudis à 18h00 en septembre (jeudis 5, 12, 19 et 26 septembre)

Notre équipe de médiation vous propose chaque semaine une visite accompagnée de l’exposition, ouverte à toutes et à tous.
Gratuit, sans réservation


Production       

Claude Lévêque, Human Fly, 2019
Dispositif in situ, LiFE, Saint-Nazaire, programmation hors les murs du Grand Café – centre d’art contemporain
Tubes inox poli miroir, programmation de lumière stroboscopique
Diffusion sonore : crépitements métalliques
Conception sonore en collaboration avec Yoann Le Claire       


Biographie

Né en 1953 à Nevers, Claude Lévêque vit et travaille à Montreuil. Après des études à l’École des Beaux-Arts de Bourges, il participe en 1982 à la 12ème Biennale de Paris et deux ans plus tard, la galerie Eric Fabre lui consacre sa première exposition personnelle.

Depuis, son travail a acquis une dimension internationale : Stigmata, PS1, New York, 1999 ; Double manège, Mito Tower Art Museum, Tokyo, 2003 ; Le Grand Soir, Pavillon Français, Biennale de Venise, 2009 ; Sous le plus grand chapiteau du monde, Musée du Louvre, Paris, 2014 - 2016 ; Opéra national de Paris, Le Lac perdu pour la 3ème Scène, 2017 ; Life on the Line, Chapelle de la Vieille Charité, Marseille, 2018 ; Midnight Lightning, Galerie Kamel Mennour, Londres 2018 ; Opéra national de Paris, Les Saturnales, 2018 (commande pour l’Opéra Garnier et l’Opéra Bastille, Paris).

http://claudeleveque.com


En savoir plus ...

Claude Lévêque est représenté par kamel mennour Paris/Londres
www.kamelmennour.com

Galeries :

human fly