Contre-Vents

Solidarités ouvrières, étudiantes et paysannes dans l'Ouest de la France : une généalogie

Exposition    Rendez-Vous    Biographies

Exposition

  • du 26 mai au 29 septembre 2019
    Vernissage le samedi 25 mai 2019 à 18h00

Commissariat : Guillaume Désanges et François Piron

À l’invitation du Grand Café, l’exposition Contre-vents raconte un chapitre de l’histoire sociale et politique de la Bretagne et de l’Ouest français, en s’intéressant à des formes d’actions qui se sont manifestées dans des luttes et des contre-cultures* autour de Saint-Nazaire, de 1968 à aujourd’hui. À partir de documents variés issus – entre autres – de la création graphique, cinématographique ou littéraire, l’exposition apportera un point de vue inédit sur les liens entre geste artistique et action militante.

L’image de l’étudiant parisien lançant des pavés en Mai 68 a fini par se confondre avec un mouvement qui bloqua la France entière, et par recouvrir les « événements » dans d’autres zones géographiques et sociales. On sait pourtant que Mai 68 a produit des formes de lutte et de solidarité dans les milieux ouvriers et les zones rurales, générant des expériences politiques, culturelles et artistiques, qui aujourd’hui encore représentent des points aveugles de l’Histoire.

Dans l’Ouest de la France tout particulièrement, l’industrialisation de l’agriculture, la précarisation des conditions de travail dans le monde ouvrier, les projets de transformation autoritaire du territoire et la pollution environnementale à grande échelle sont des préoccupations constantes et urgentes depuis les années 1970, dans un contexte de « modernisation » technocratique du territoire. L’une des particularités de ces luttes de terrain, qui naissent dans un climat de revendications identitaires et de décolonisation, est de connecter de manière systématique l’ici et l’ailleurs, le proche et le lointain, dans une convergence des colères et des espoirs.

Des actions de collectivisation des terres au début des années 1970 jusqu’à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, des expériences théâtrales collectives d’Armand Gatti à l’autogestion du Lycée expérimental de Saint-Nazaire, du cinéma de lutte du collectif Torr E Benn aux films de grève de René Vautier, l’exposition dessine une cartographie inédite et invente des filiations qui manifestent un certain esprit des lieux et des temps.
Dans le prolongement de leur collaboration pour L’esprit français. Contre-cultures 1969-1989, présentée à La maison rouge à Paris, les commissaires Guillaume Désanges et François Piron proposent ici une nouvelle étape de leur recherche commune autour de relectures d’une certaine histoire des marges françaises.

Avec les œuvres et les documents de :
Soazig Chappedelaine et René Vautier
Luc et Jean-Pierre Dardenne
Armand Gatti
Danielle Jaeggi, Jean-Paul Fargier et Anne Caro (collectif Cent Fleurs)
Nicole Le Garrec
Jean-Louis Le Tacon
Alain Lefaux
Jacques Loiseleux
Patrick Prado
Carole Roussopoulos
Bruno Serralongue
Torr E Benn
Création sonore : Dominique Petitgand

L’exposition Contre-vents est réalisée grâce au soutien de la société Riso France.

Cette exposition est proposée dans le cadre du cycle Généalogies fictives, développé par Guillaume Désanges pour le centre d’art de fin 2018 à l’été 2020.

Partenaires médias : Paris-art, Haut-Parleur

Cette exposition participe à l’évènement Plein Soleil 2019, l’été des centres d’art, un projet de d.c.a, l’Association française de développement des centres d’art contemporain.

* le terme « contre-cultures » désigne les mouvements culturels populaires, alternatifs, contestataires qui remettent en question les valeurs véhiculées par la culture officielle.


Rendez-Vous

Rencontre et visite de l’exposition
En compagnie de Guillaume Désanges
Dimanche 16 juin, 15:30


Biographies

Guillaume Désanges est commissaire d’exposition et critique d’art. Il dirige Work Method, structure indépendante de production et développe internationalement des projets d’expositions et de conférences.

Il a coordonné les activités artistiques des Laboratoires d’Aubervilliers (2001-2007).
En 2009-2011, il est commissaire invité du Centre d’art Le Plateau-Frac Île-de-France (Paris), pour Érudition Concrète. Depuis 2013, il est invité à imaginer des cycles d’expositions pour La Verrière, l’espace bruxellois de la Fondation d’entreprise Hermès.

Derniers projets : Ma’aminim / Les Croyants, Musée d’art et d’histoire, Saint-Denis & Tranzitdisplay, Prague, Rep. Tchèque, 2015, Poésie Balistique, La Verrière, Fondation d’entreprise Hermès, Bruxelles, 2016, L’Esprit français. Contre-cultures, 1969-1989, La maison rouge - Fondation Antoine de Galbert, Paris, avec François Piron, 2017, L’ennemi de mon ennemi, Palais de Tokyo, Paris, 2018, Spolia, Le Grand Café – centre d’art contemporain, Saint-Nazaire, 2018.

www.guillaumedesanges.com

François Piron est commissaire d’expositions indépendant, critique d’art et éditeur. Il est aujourd’hui responsable du post-diplôme de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon et co-fondateur de la coopérative éditoriale Paraguay à Paris. De 2000 à 2005, il a co-dirigé les Laboratoires d’Aubervilliers. De 2007 à 2012, il a co-dirigé l’espace d’art indépendant castillo/corrales à Paris.

Il a été commissaire d’Incorporated!, 5e édition de la biennale d’art contemporain Les Ateliers de Rennes en 2016, et a réalisé, avec Guillaume Désanges, l’exposition L’Esprit français. Contre-cultures, 1969-1989, à La maison rouge - Fondation Antoine de Galbert, Paris, 2017. Il publie en 2017 Guy de Cointet, Théâtre complet, monographie consacrée aux écrits de l’artiste Guy de Cointet.

Derniers projets : Nouvelles Impressions de Raymond Roussel, Palais de Tokyo, 2013 ; Raymond Roussel. The President of the Republic of Dreams, Galerie Daniel Buchholz, Berlin, 2013 et New York, 2015 ; In These Great Times, Kunstnernes Hus, Oslo, 2014 ; Mangelos, Miroirs noirs, Galerie Frank Elbaz, Paris, 2013 et Peter Freeman Inc., New York, 2016, Odradek, Konsthall Malmö (Suède), 2018, Poésie prolétaire, Fondation d’Entreprise Ricard, Paris, 2019.

Galeries :

contre-vents