Cycle d'initiation en histoire de l'art

Une Saison Américaine

L’année 2017 marque le centenaire du débarquement des soldats américains à Saint-Nazaire, dans ce cadre l’Ecole d’arts et le Grand Café s’associent pour produire un ensemble de cinq conférences sur l’Histoire de l’Art américain.

Accessible et convivial, ce cycle est un programme d’initiation ouvert à tous. Aucune connaissance préalable en Histoire de l’Art n’est nécessaire, soyez curieux !

Vous trouverez ci-dessous la programmation choisie par les internautes pour les prochaines séances :

Lundi 3 avril mars au théâtre à 18h30
L’EFFET COTE OUEST

Milieu expérimental particulièrement fertile, la côte Ouest propose une véritable alternative à la scène New-Yorkaise. Depuis le milieu des années 50, la Californie et Los Angeles ont vu apparaître des mouvements précurseurs et des pratiques bouillonnantes riches et éclectique. L’art de la performance (Kaprow, Burden, Rosenthal) et du féminisme (Antin, Chicago, Rosler) notamment y ont exploré des formes inédites, tout comme le néo-conceptualisme ( Shaw, McCarthy, Kelley) qui explore le côté obscur d’une société américaine conformiste et standardisée.

Lundi 15 mai au Grand Café à 18h30
WOMEN AT ART, LES ARTISTES FEMMES AMERICAINES (MARTHA ROSLER, CINDY SHERMAN, NAN GOLDIN…)

La pratique des femmes-artistes se fait l’écho des revendications militantes féministes dès la fin des années 1960. Cependant, il est difficile de parler d'un "art féministe" car il recouvrerait des pratiques radicalement différentes, présentant des expériences personnelles très diverses.

Sur inscription obligatoire :
02 44 73 44 00 ou par mail : grand_cafe@mairie-saintnazaire.fr
Tarif : 3€ la conférence
Gratuit pour les élèves de l’Ecole d’arts et les demandeurs d'emploi


Programmation passée

Lundi 5 décembre à l’Ecole d’arts
COMMENT NEW YORK VOLA L’IDEE DE L’ART MODERNE*: L’EXPRESSIONNISME ABSTRAIT ET LE TRIOMPHE DE L’ECOLE DE NEW YORK

Par Christel Nouviale, conférencière au Musée d’arts de Nantes et historienne de l’art
Les artistes de l’avant-garde européenne s’exilent aux Etats-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils y apportent l’esprit Dada, la révolution surréaliste, les réflexions de l’école du Bauhaus… Après guerre, la liberté créatrice incarnée par Pollock, Kline ou de Kooning bouleverse l’art moderne et s’impose dans le monde entier. New York devient alors la nouvelle capitale artistique.
* titre emprunté à Serge Guilbaut

Lundi 9 janvier au Grand Café à 18h30
LE LAND ART ET LES GRANDS ESPACES AMERICAINS

Par Christel Nouviale, conférencière au Musée d’arts de Nantes et historienne de l’art
Des grands terrassements aux gestes plus minimalistes, le Land art déplace l’art du musée aux grands espaces américains. A la fois monumentales et éphémères, les œuvres ne sont plus des objets à contempler mais des expériences à vivre dont ne subsistent que des témoignages.

Lundi 6 février à l’Ecole d’arts à 18h30 L'HERITAGE DE L'ENSEIGNEMENT ARTISTIQUE EXPERIMENTAL DU BAUHAUS AUX ETATS-UNIS
La méthode progressiste du Bauhaus en Allemagne a remplacé la traditionnelle relation élève-enseignant par l'idée d'une communauté d'artistes travaillant ensemble autour d’un décloisonnement des disciplines artistiques. Radicale, la formation des étudiants passait par des ateliers pluridisciplinaires dirigés par des artistes et maîtres artisans. Son influence a été fondamentale, surtout aux Etats-Unis où Moholy-Nagy a ouvert le nouveau Bauhaus / Institut du Design à Chicago en 1937 et où Albers a appliqué ses théories aux méthodes au Black Mountain College en Caroline du Nord.